panna cotta au thé maté et aux myrtilles

Panna cotta au thé maté et aux myrtilles

Ingrédients :

  • 250ml de crĂšme liquide lĂ©gĂšre
  • 1.5 Feuille de gĂ©latine
  • 1 c. Ă  cafĂ© de thĂ© matĂ©
  • 1 c. Ă  cafĂ© de sucre
  • 4 c. Ă  soupe de myrtille sauvage
  • 1 c. Ă  soupe de sucre

Préparation :

  1. Dans une casserole portez la crÚme à frémissement avec le sucre, coupez le feu, ajoutez le thé et laissez infuser pendant 15 minutes.
  2. Plongez la gĂ©latine dans un bol d’eau froide
  3. Filtrez la crÚme et reversez-la dans la casserole, portez de nouveau à frémissement, coupez le feu et incorporez la gélatine essorée, mélangez bien, versez dabs 2 verrine et laissez refroidir avant de placez au frigo pendant au moins 3h pour que la panna cotta prenne.
  4. Place à la compotée de myrtilles : Faites chauffez les myrtilles avec le sucre à feu moyen pendant quelques minutes. Quand les myrtilles commencent à rendre du jus stoppez la cuisson et laissez refroidir.
  5. Au moment de servir répartissez la compotée de myrtille sur les panna cotta.

 

chausson-poivre-kampot

Chausson géant poireau mozzarella et poivre rouge de Kampot

Ingrédients :

  • 1 pĂąte feuilletĂ©e
  • 2 poireaux
  • 300 ml de lait
  • 1 cuillĂšre Ă  soupe bombĂ©e de fĂ©cule de mais
  • Sel poivre
  • Noix de muscade
  • 1 boule de mozzarella
  • 8 grains de poivre rouge de Kampot  

Préparation ;

  1. Laver et couper en tranches fines le poireau. Chauffer un peu d’huile d’olive dans une poĂȘle y faire cuire le poireau avec un peu d’eau, assaisonner.
  2. Préparer la béchamel. Mélanger un peu de lait avec la fécule de maïs, bien fouetter puis verser le reste de lait, assaisonner, cuire, réserver.
  3. Etaler la pùte feuilletée sur une plaque à pùtisserie. Etaler la béchamel, répartir dessus les poireaux cuits, les tranches de mozzarella puis le poivre rouge de Kampot concassé au mortier.
  4. Fermer le chausson, souder les bords avec un peu d’eau. Dorer le chausson avec un Ɠuf.
  5. Cuire 20 minutes dans le four à 200°.

Attention Ă  ne pas trop garnir le chausson sinon l’intĂ©rieur peut couler.